Qui veut la peau d’Abdoulaye Sabre Fadoul ?

874 lectures

TOL presse du samedi 18 octobre 2014 – Publié à 03 h 53 min
17 octobre 2014
ABDOULAYE SABRE FADOUL MINISTRE DE L'INJUSTICE - Photo TOL---16-10-2012 02-07-48
Radiographie d’un canular
Le très sérieux tchadanthropus-tribune est-il tombé dans un traquenard ? Le site internet publie ce vendredi deux images qui ne manquent pas d’intriguer par leur singularité. Il s’agit en réalité d’une même scène photographiée sous deux angles différents avec une légère modification sur la position des objets. La scène montre des billets de banque soigneusement empilés comme dans un film sur l’univers des narcotrafiquants : une grosse liasse de billets 500 € et deux liasses moyennes de billets de 100 € ainsi qu’un passeport français, le tout posé sur une feuille ordinaire de format A4 sur laquelle on peut lire le message suivant : « Salut chérie, je prends mon vol demain. Je te laisse 120… à verser par plusieurs sur le compte joint BNP. Nom : Abdoulaye/ Prénom : Sabre Fadoul / Banque BNP / Compte : 04338263H27 ». Une scène de crime, donc.
120 000 euros, soit 80 millions Fcfa. Une somme énorme pour les communs des mortels que nous sommes, mais une broutille pour ceux pour qui l’accaparement des deniers publics est devenu un véritable loisir.
Vol Abdoulaye Sabre Fadoul(2)
Tchadanthropus affirme qu’il s’agit-là d’un « magot » que le ministre secrétaire général du gouvernement « laisse à sa femme franco-tunisienne pour un versement occulte ».
Le propos n’a pas suscité les réactions escomptées de la part des internautes, sans doute partagés entre une opportune prudence et une méfiance manifestement exagérée quand on connait la propension de certains à marteler de critiques tout ce qui ressemble à un délit de détournement. Mais l’information peut être sérieusement discutée sans s’attirer les foudres redoutées d’éventuels partisans du ministre secrétaire du gouvernement ni discréditer, sans démonstration crédible, les sources du site internet tchadanthropus.
Alors, commençons par le commencement.

D’où viennent les masses de billets de banque ?

La principale question qui vient tout de suite à l’esprit est celle-là : « ces  billets de banque  sont-ils des vrais et si oui d’où viennent-ils » ? A priori, ce sont de vrais billets et proviendraient d’une banque française. Mais pour de tels montants, les retraits d’espèces sont en principe signalés au Tracfin par les banques. Et si d’aventure le titulaire du compte bancaire ne justifie d’aucune activité économique licite sur le territoire français susceptible de lui procurer de tels revenus, c’est devant les tribunaux qu’il sera renvoyé pour s’expliquer. Connaissant toutefois la clémence des banques françaises à l’égard des richesses provenant des Etats voyous, il n’est pas étonnant qu’un Tchadien puisse ouvrir un compte bancaire en France et l’alimenter par des produits de détournements de fonds publics. Il pourrait par suite, lors d’un voyage à Paris, opérer des retraits d’espèces de tout montant sans que sa banque signale les mouvements de fonds au Tracfin. Les billets sur la photo de tchadanthropus sont des vrais et appartiennent absolument à un Tchadien.
Mais alors, quel est l’intérêt de retirer 120 000 € en espèces au guichet d’une banque en France pour ensuite tenter frauduleusement de les déposer en plusieurs versements sur un autre compte bancaire domicilié en France ? Le procédé n’est pas cohérent. D’où il suit que ces billets de 500 et 100 euros ne proviendraient que de N’Djamena où leur possesseur, prédateur de deniers publics sans doute, les a obtenus auprès des cambistes du marché central en échange des billets de la BEAC qu’il a puisés des caisses de l’Etat ou s’en est fait remettre par des commerçants véreux au titre de commissions occultes.
Cette question réglée, il convient de s’interroger sur le « message » dont l’auteur serait Abdoulaye Sabre Fadoul.

De qui est le message ?

« Salut chérie, je prends mon vol demain. Je te laisse 120… à verser par plusieurs sur le compte joint BNP. Nom : Abdoulaye/ Prénom : Sabre Fadoul / Banque BNP / Compte : 04338263H27 ».
Message absolument surréaliste à plusieurs titres.
La forme, d’abord. Une seule ligne, un nom, deux prénoms, une banque et numéro de compte. Message trop court pour nécessiter d’être tapé à l’ordinateur et imprimé. Un SMS aurait largement suffi, si tenté que le présumé auteur serait allergique aux boites mail dont on sait qu’elles sont trop « indiscrètes ». On n’est jamais trop prudent. Il parait que les pirates informatiques sont capables de nous arracher des informations encore en gestation dans nos cerveaux. Et si en vérité le véritable auteur du canular usait de l’ordinateur pour éviter tout simplement qu’on compara son écriture manuscrite à celle d’Abdoulaye Sabre Fadoul ? Il doit reconnaître que sa technique de brouillage des pistes n’est pas encore au point.
Le fond, ensuite. « Salut chérie, je prends mon vol demain. Je te laisse 120… à verser par plusieurs sur le compte joint BNP ». Abdoulaye Sabre Fadoul viendrait-il donc en France pour passer ses nuits ailleurs qu’au domicile conjugal ? Ou bien est-ce son épouse qui serait absente du domicile et ne rentrerait qu’une fois l’époux parti au Tchad ? On sent que quelque chose ne tourne pas rond dans ce « salut chérie, je prends mon vol demain ».
Mais le plus extraordinaire, c’est ce « je te laisse 120… à verser par plusieurs sur le compte joint Bnp ». Photo à l’appui, ce message ressemble à une farce. Même les plus riches milliardaires ne laisseraient pas 120 000 € sur un bout de table à repasser où n’importe qui, comme en l’espèce, pourrait passer les photographier. D’habitude, de telles sommes on les met dans une enveloppe kraft. On se demande d’ailleurs pourquoi celui qui a découvert cette somme, et photographié la « scène du crime », ne se les est pas appropriées puisque de toute façon il n’ignore sans doute pas qu’elles proviennent de détournement ou de corruption, étant donné qu’elles devaient être déposées à la banque « par plusieurs » pour ne pas attirer les soupçons ? That is the question.

Pourquoi le chasseur d’image n’a pas ouvert le passeport ?

Sur la photo intrigante, on peut également voir un passeport français à côté des liasses de billets de banque. Si ce passeport est bien celui d’Abdoulaye Sabre Fadoul ou de son épouse comme le suggère l’image, le photographe aurait eu un peu plus de succès à photographier le passeport ouvert sur la page d’identification du titulaire. Ne l’ayant pas fait, il laisse dubitatif.

Qui veut la peau du Dr Sabre Fadoul ?

Depuis quelques temps, le Directeur de publication du internet tchadanthropus  voit chaque matin atterrir dans sa boite mail des dizaines de documents et d’infos extrêmement compromettantes pour tous ceux qui ont fait main basse sur les maigres finances publiques de notre pays ; qu’il s’agisse des membres du gouvernement, de hauts fonctionnaires et ou de leurs proches.

Rien que cette année, c’était le cas avec le procès-verbal du partage illicite, entre membres du gouvernement, du quartier de la Corniche à N’Djamena. C’était également le cas avec les résultats frauduleux du concours d’entrée à la soi-disant ENA du Tchad.
Jamais personne, parmi ceux qui sont nommément visés par lesdits documents, n’a levé le petit doigt pour crier à la diffamation ; ce qui confère encore plus de crédit et de force à ce site internet qui se distingue désormais de ses confrères par la qualité des informations proposées au public.
Mais l’image publiée ce vendredi n’est pas banale et nourrit des motivations inavouées de la part ceux qui alimentent le site internet tchadanthropus sur les faits et gestes d’Abdoulaye Sabre Fadoul. Sans doute, par son parcours universitaire et militaire, puis par sa nomination à 36 ans à la tête d’un ministère régalien, en l’occurrence celui de la Justice, Abdoulaye Sabre Fadoul suscite à la fois l’admiration des fidèles et la méfiance de ceux qui ont de lui l’image d’une créature fabriquée de toutes pièces, surgi de nulle part en 2010, et dont ils se demandent comment Idriss Déby a eu le culot de le propulser au sommet du pouvoir. Ses détracteurs se trouveraient, selon toute vraisemblance, essentiellement parmi ses proches.
Et si cette info avait pour but de piéger le Directeur de publication de Tchadanthropus ?
©Hangaabi
Fiche 2 Abdoulaye Sabre Fadoul(1)

par

"Qui veut la peau d’Abdoulaye Sabre Fadoul ?", 5 out of 5 based on 1 ratings.

Web Analytics