PORTRAIT DE HINDA DEBY ITNO: son ascension, son ambition, son pouvoir, etc…. Lire la partie 1

389 lectures

TOL presse du jeudi 20 avril 2017 – Publié à 05:27
PARTIE I : DES CLÉS POUR COMPRENDRE …

Qui gouverne le Tchad? A cette interrogation, de nombreux Tchadiens répondent sans hésiter : »Nous sommes dirigés par une femme; Hinda Deby ». Entre rumeurs, humeurs, commentaires, fantasmes, passions. Il nous a paru important de répondre sérieusement à la question de savoir : Quels sont les véritables pouvoirs de l’épouse d’Idriss Déby, première dame du pays? Démêler le vrai du faux par rapport à la vraie place de Hinda Déby dans la gouvernance du pays, n’est pas chose facile.
Le suivi de l’actualité nationale, le décryptage de ses actes, l’analyse de son action prouvent amplement que Hinda Déby ne s’est jamais contentée d’occuper la place habituelle d’une épouse de Chef d’Etat. Bien au contraire, elle s’est placée résolument et pleinement dans l’exercice effectif du pouvoir.
A la tête du pays depuis 26 ans, Idriss Déby est un homme violent, impulsif, et un véritable tueur sans états d’âme. Seuls comptent les voies et moyens à sa disposition pour pérenniser son pouvoir et sa dictature. Il compte mourir au pouvoir, quels que soient le moment et la manière. Il l’a plusieurs fois dit.

Alors, un homme pareil peut-il être dominé par une femme au point qu’elle s’imposerait à lui, prenne une partie de ses pouvoirs, voire plus, comme le laissent entendre certains à savoir : être capable de le renverser ?
C’est une belle blague! Une douce utopie. Il serait plus juste de voir en l’ascension de Hinda, tout simplement un moyen trouvé par Deby, d’utiliser un maillon entre ses mains, et qui travaille en soutien au Roi fainéant qu’il est, face à la lourde et fatigante machine politico – administrative de l’Etat avec ses nombreux et lourds dossiers à étudier, avec des décisions à prendre. Tout cet aspect de sa fonction, rebute Idriss Déby qui s’est installé depuis plusieurs années à 900 km de la Capitale dans son village natal, bien loin des indispensables réunions pour traiter les affaires de l’Etat. Les multiples rotations aériennes pour faire signer les paraphes et autres ne peuvent être une solution quand on sait que cela dure depuis plusieurs années. Installé bien loin de la Capitale, avec de nouvelles épouses, Idriss Déby laisse Hinda s’installer aux commandes pour une cogestion du pouvoir.
Les prérogatives, le pouvoir, la puissance de Hinda Déby sont des indicateurs de la relation au sein du couple par rapport à la chose politique. La nomination de Hinda Déby comme Secrétaire particulière de son mari de Président a été l’acte 1 du début de la gestion commune du pouvoir. Elle assistera aux audiences aux côtés de Déby. Ce qui fera réagir certains Ambassadeurs occidentaux souhaitant un tête à tête avec le Chef de l’Etat pour évoquer notamment des dossiers sensibles. Assister aux audiences, aller voir les Conseillers dans leurs bureaux, les interroger sur leur travail. Tels furent les premiers pas de Hinda dans les couloirs de la Présidence mais aussi les premières marches vers le sommet de l’Etat.
Pour comprendre sa puissance, ses très larges pouvoirs et son influence, il faut avoir en mains, trois clefs importantes.
La Première clef  nous ouvre les portes de la conception du pouvoir d’Idriss Déby : la lutte constante pour empêcher l’émergence d’hommes forts du régime. Il n’y a pas de numéro 2 ou 3 dans le régime d’Idriss Déby. L’instabilité ministérielle qui est un des traits caractéristiques de son pouvoir, est sciemment organisée par lui-même. L’élimination systématique de tous les opposants crédibles est un autre marqueur de son pouvoir. L’obsession première de Déby, c’est l’élimination de tout homme politique d’envergure, capable selon son entendement, de lui succéder, et d’être choisi par les réseaux françafricains. Cette obsession continuelle explique en grande partie, le repli sur les membres du clan, de la famille et de la belle famille pour occuper les postes clés du pouvoir, le gérer, en profiter et se mobiliser pour le pérenniser.
Ce vide en personnalité forte, sciemment organisé autour de lui, sera, peu à peu, occupé par Hinda qui posera ses jalons de Secrétaire Particulière d’Idriss Déby. Après une période d’observation, elle déclenchera une grande offensive contre les Conseillers à la Présidence, à qui, elle reprochera, de ne pas travailler pour Déby, mais de se contenter de le divertir en lui racontant les ragots qui circulent en ville.
Aux ministres, elle reprochera une absence d’engagement pour défendre le régime, et fustigera leur position attentiste, indifférente face aux actions contre le pouvoir d’Idriss Déby, menées par la très dynamique diaspora tchadienne sur le net.
La Deuxieme Clé nous permet de comprendre qu’Idriss Déby a toujours eu conscience de son impopularité, due selon lui, à une ingratitude du peuple Tchadien. Tout un chacun se rappelle son fameux :  » Je sais que vous ne m’aimez pas!  » lâché à la télévision. Il a ainsi toujours gardé en lui une rancune qui fait que personne n’a de l’importance à ses yeux. Dans ce schéma, chaque Ministre doit exécuter sa mission, peut s’enrichir en veillant à assurer la part du Président. Travailler pour lui sans prétendre à une ambition politique. Chaque collaborateur, chaque Conseiller, chaque Ministre est dans une position fragile et instable, à la portée du Chef, pour recevoir qui, un cendrier sur la tête, qui, un coup de pied quand le chèque a lui demandé est jugé insuffisant. Tous sont des traîtres en puissance selon lui.
C’est pourquoi, il faut bien prendre conscience que Hinda est le bras armé d’Idriss Déby pour humilier ceux qui doivent l’être, s’imposer à eux, et, pour ce faire, elle a reçu tous les moyens. Chacun pourra constater que c’est Déby qui nomme aux différents postes de responsabilité des personnes présentées comme étant les hommes de Hinda, ou qui destitue ceux qu’elle ne veut plus voir. Ce que certains ont résumé en disant: Hinda Déby peut nommer et dégommer qui elle veut.
La Troisième clé est l’importance que le Général-Président accorde aux questions militaires. C’est son domaine réservé, mais aussi son trône sur lequel il est assis depuis 26 ans. L’argent et l’armée sont les deux mamelles du pouvoir d’Idriss Déby, tout le reste est secondaire pour lui. Alors, si Hinda veut s’occuper de certaines choses, c’est parfait pour le Président, dans la mesure où le coaching de Hinda permet d’installer une machine à détourner massivement les deniers publics pour leurs intérêts exclusifs.
Ainsi donc, depuis onze années, son ascension va sans cesse crescendo, étalant ses tentacules aux quatre coins du Palais rose, nommant aux postes de responsabilité ses proches, refoulant et éliminant ceux qu’elle estime ne pas bien servir ses intérêts et/ou ceux de son mari. Les fidèles et les courtisans ont été promus, la famille est venue autour de la table du festin.
On peut ainsi comprendre que ces vrais pouvoirs de Hinda Déby grandissent avec la bénédiction, sous l’aile du Général-Président et en aucun cas contre lui. Bien sûr, que dans un pays aussi conservateur que le Tchad, être gouverné par une femme ne passe pas. Mais Idriss Déby n’en a cure. Il est arrivé par la force et s’y maintient pareillement. Il ne s’en est jamais caché, en disant souvent: « Je ne suis pas venu au pouvoir en prenant un billet d’Air Afrique ». Dans un système violent, il faut avoir une position de force, sinon cela ne marche pas, c’est pourquoi il assure à Hinda cette position dominante.
Ambitieuse et femme aimant le pouvoir, elle a plongé à corps perdu et suscité haine et rancœur autour d’elle. Elle n’en a cure; c’est le prix à payer pour avoir et conserver la richesse, les honneurs et le pouvoir.
Déby l’utilise pour humilier les collaborateurs, Ministres, Conseillers et autres. Il a pris une femme pour mettre au pas tout ce monde qu’il a à son service. Il sait que les gens ne l’aiment pas, aussi il le leur rend bien. Il les utilise sans avoir de la considération, ni en faire des hommes puissants du régime. Il ne cherche pas à faire quelque chose pour le pays, mais à rester au pouvoir, en profiter pleinement et le plus largement possible. Il ne cherche pas à travailler et par conséquent, n’a pas besoin de compétences au service du pays.
Tout le monde peut s’enrichir et ruiner le pays, c’est la stratégie de Bongo mais aucun ne doit avoir des prétentions politiques qui sont une menace pour le chef. Le délit d’ambition, que dire le crime d’ambition politique se paye cash avec Idriss Déby. Et la liste est longue de tous les leaders assassinés (voir notre dossier Zoom sur le régime Déby).
Aussi, tout un chacun peut comprendre que Hinda occupe la place que devraient occuper dans un système bien organisé, ce que l’on a coutume d’appeler: les Hommes du Président.
Quand il cherche à se débarrasser de quelqu’un et ne veut pas se mettre au premier plan, il confie la tâche… ou plus précisément, Hinda se positionne pour en finir avec ce collaborateur ou ce membre du clan devenu gênant. Elle le fait avec détermination d’autant plus qu’elle sait que les observateurs en feront un symbole de plus de sa puissance. Elle accepte de jouer ce mauvais rôle par ambition, d’autant plus qu’elle a pris goût au pouvoir, et en est totalement grisée. Elle œuvre sans cesse pour renforcer son emprise sur le système en y plaçant ses hommes.
http://zoomtchad.com/

Web Analytics