La résolution de la crise tchadienne n’est pas tribale!

189 lectures

TOL presse du jeudi 30 mars 2017 – Publié à 01 h 23 min

(N’Djaména, 29 mars 2017) – 22.775.500 FCFA est la première tranche d’appui apporté par un comité de jeunes qui a lancé une quête pour soutenir les victimes de N’Gueli doublement meurtris par les tueries et le déguerpissement.
Les orphelins et les veuves de cinq (5) personnes assassinées, une femme dont la jambe est amputée ainsi que dix-huit (18) autres personnes dont 9 femmes gravement blessées par balle (multiples fractures, balle à la tête, …) parmi les victimes qui ont été soutenus en présence de leur avocat.
Une partie du montant a permis également de payer une partie de frais d’ouverture du dossier à la justice ainsi que la communication pour le devoir de mémoire.
Des échanges pleins de compassion entre les victimes et les jeunes venus pour marquer leur solidarité ont permis de dénoncer ce précédent dans les conflits inter-communautaires où pour la première fois les bourreaux sont revenus comme si insatisfaits d’avoir tués une seule personne, pour massacrer, femmes, filles, vieillards et un imam au nez et à la barbe des forces de l’ordre en plein jour dans un endroit qu’elles contrôlent avec une forte mobilisation.
Tout en déconseillant les victimes de verser dans la violence ethnique et les vendetta généralisant toute une communauté, le comité et l’avocat des victimes ont appelé les victimes à suivre le dossier à la justice pour que ceux qui ont massacrés des femmes, jeunes et vieillards puissent répondre de leurs actes.
Que la responsabilité des forces de l’ordre soit aussi établie du moins pour non assistance à personne en danger même si pour l’instant à cause du principe de présomption d’innocence, l’on doit taire les témoignages indiquant leurs responsabilités directes.
Que cette initiative puisse servir d’exemple à d’autres jeunes pour soutenir les victimes des autres drames à l’exemple de celui de Mongo et ceux du sud du pays. Seule la justice peut garantir une paix durable au Tchad.
Pour finir je suis très heureux d’être le trésorier de la quête.
Par Mahamat Abderamane

"La résolution de la crise tchadienne n'est pas tribale!", 5 out of 5 based on 1 ratings.

Web Analytics