Idriss DEBY, en quête d’un D.G pour la DGSIE (Garde rapprochée) et fait clin d’œil à la famille Mahamat Itno

389 lectures

TOL presse du dimanche 20 octobre 2013–Publié le : 20 octobre à 04 h 31 min
IDRISS DEBY A ADISS ABABA---27-05-2013 01-29-39
Le despote qui devrait se rendre pour la énième fois à la bourgade d’Amdjeress pour fuir comme à l’accoutumée les affaires incessantes du pays, cherche désespérément un « Com-DGSIE ». En effet depuis plus de 4 mois rien ne va plus avec l’actuel titulaire en la personne du général Saley Toma. Celui-ci était un habitué du sérail ; il est cousin au 2è degré mais appartenant par sa lignée paternelle à l’un de plus important clans du Bilia tant par le nombre que par la richesse (comptez les têtes de chameaux s’il vous plaît !). Peu nombreux dans l’opposition politico-militaire, le clan a payé une lourde tribut pour sauvegarder la couronne du despote sans qu’il y ait des retombées concrètes.

Depuis que des rumeurs les plus persistantes font courir des bruits d’une éventuelle reprise des hostilités avec l’opposition politico-militaire au nord et à l’est, l’entourage militaire du Com-DGSIE a fait passer un message clair à l’attention de Deby qu’il n’y aura plus des chairs à canon pour les prochains combats ! Alors le dictateur convoque Mr Toma et le sonne de régler ces petits problèmes et en même temps l’accuse de lassitude et de complaisance envers ceux qui ronronnent. Contre toute attente, Mr Saley Toma regarda son cousin droit dans les yeux et lui demanda de nommer un autre à sa place qui pourrait bien répondre à ses vœux, et claqua la porte. Quelle audace, que les temps ont changé !!

Evidemment Deby s’aperçoit à sa grande stupéfaction que « cet autre-là » devient de plus en plus rare autour de lui, car pour lui, ce poste ne peut être occupé par un des siens, uniquement. Le seul en vue était Mahamat Kaka or celui-ci n’avait pas donné de satisfaction souhaitée lors de son stage au Mali. Comme on le savait, selon la tradition militaire au Tchad, la fonction de CEMGA ou de Com/GR n’est nullement une fonction de parade ; cette fonction exige nécessairement deux atouts : être proche donc confident de Deby et surtout être téméraire; le malheureux élu doit donc se mettre à la première ligne lors des combats, or il n’est pas donné à n’importe quel individu de bomber son torse pour recevoir des plombs. En faisant un inventaire à main levée, le despote remarque que les candidats sont très peu nombreux, alors toute honte bue, le despote est obligé de déléguer ce même Mahamat Kaka auprès de ses cousins Hamada Youssouf Mahamat Itno et Tahir Youssouf Boy pour organiser une ultime rencontre en aparté avec lui. Malgré des efforts persuasifs de Mahamat Kaka, les deux cousins sont restés sur la position classique adoptée déjà par la famille Mahamat Itno, à savoir coupure totale et définitive avec Idriss Deby. Sans pudeur le despote fait appel à un autre patriarche de la famille, un des ténors du mouvement du 1er Avril 1989 qui a eu à sauver la vie à Deby à plusieurs reprises lors des combats avec l’armée de H.H ; comme l’ingratitude est le lit favori du despote, ce grand notable était laissé en jachère depuis des années. Ainsi donc sur insistance du patriarche les deux officiers ont rencontré leur oncle qui a pleurniché en grand comédien pendant plus de 15 mn, et ensuite il a pris sur son compte tous les malheurs de la famille, et leur supplia de reprendre du service auprès de lui pour sécuriser le pouvoir qui est selon lui sur une très mauvaise pente. Selon les sources ils l’ont écouté sagement et ont quitté sans piper mot.

Après cette rencontre Deby a décidé de se rendre à Amdjeress pour la prière d’AÏD EL-KEBIR mais selon les mauvaises langues c’est plutôt pour tenter de recoller les morceaux de la famille. Depuis la sortie osée de Saley Toma, le locataire de palais rose ne voit, dans chaque coin de rue que des snippers pointant les canons à sa direction, d’autant plus que 50% des éléments de sécurités répondent au mot d’ordre de Saley Toma. A toutes fins utiles, le dictateur a pris quelques mesures conservatoires en attendant de trouver un remplaçant à Saley Toma : D’abord il a été notifié à ce dernier de ne plus se rendre à Amdjeress, il doit être remplacé à cette mission par son adjoint Mahamat Saleh Arim ; ensuite sa nombreuse progéniture devrait être constamment présente au Palais ; renforcer l’E.M.B et ses annexes et enfin renforcer les deux axes de l’aéroport./
Correspondance du Combattant opprimé
(Aljundi Almazloum)/TCHADACTUEL

Web Analytics