EXCLUSIF – TCHAD : WIKILEAKS RÉVÈLE L’INCROYABLE TRAHISON DE TIMANE ERDIMI. EN FÉVRIER 2008, IL A DEMANDÉ A NÉGOCIER AVEC IDRISS DEBY SANS CONDITIONS PRÉALABLES. IL VOULAIT LE POSTE DE PREMIER MINISTRE ET DE L’ARGENT.

218 lectures

TOL presse du vendredi 10 juillet 2017 – Publié à 22:27

Ce câble de Wikileaks va créer un véritable tsunami parmi tous ceux qui se sont engagés dans les forces de la rébellion pour combattre la féroce dictature d’Idriss Deby. Cette information va apporter une lumière définitive sur les raisons profondes de l’échec de l’offensive armée des forces de la rébellion.Rappelez-vous, c’était du 2 au 4 février 2008 que les groupes de la rébellion dirigés par Mahamat Nouri et Timane Erdimi ont brisé l’étau de défense autour de la Capitale tchadienne pour entrer dans la ville. Une querelle de leadership avait opposé les deux principaux Chefs rebelles et, à la surprise générale, les forces de Timane Erdimi  s’étaient retirées de N’Djamena occupée pourtant  dans sa quasi totalité.
Ce revirement inattendu expliqua, en grande partie, l’échec de l’offensive armée des forces de la rébellion et ce fut le début de la fin. La suite, tout le monde la connait. Deby se précipite à Khartoum pour faire la paix avec le Soudan en acceptant de liquider la rébellion du Darfour, le Soudan expédia les deux Chefs de la rébellion à Doha au Qatar. La plupart de leurs troupes rallièrent le régime Deby, une partie qui refusa le ralliement constitue, aujourd’hui, la rébellion installée en Libye.
Wikileaks nous apporte, aujourd’hui, par cette importante et fondamentale révélation qu’à peine revenu au Soudan, juste après l’offensive armée sur Ndjaména, Timane Erdimi, chef du RFC a sollicité lui même, l’ouverture de négociations avec Idriss Deby et ce, sans conditions préalables.
 Voici les termes du câble, mot pour mot, traduit par la rédaction de ZoomTchad.
Câble de l’Ambassade Américaine:
Date: 2008 February 25, 20:00 (Monday) /Canonical ID:08STATE18723_a
Original Classification: CONFIDENTIAL/ Current Classification: CONFIDENTIAL
Classified By: CDA Alberto M. Fernandez.
« Le 23 février 2008, le Premier Conseiller du Président du Mouvement pour la Libération du Soudan (MLS) M Minni Minawi, rencontre M. POLOFF de l’Ambassade Américaine à Khartoum et l’informe que M. Timane Erdimi et un de ses proches lui ont fait savoir que le RFC, son mouvement est prêt pour des négociations avec le gouvernement tchadien sans aucune condition préalable tout en stipulant qu’il souhaite que  les États Unis jouent un rôle de  médiateur pour donner à ces négociations une plus grande crédibilité.  M. Timane Erdimi a demandé à M. Minawi d’informer le gouvernement américain de sa requête et d’ouvrir les négociations avec Idriss Deby.
Après sa discussion avec Timane Erdimi, M. Minawi a parlé avec M. Daoussa Deby,  lequel après avoir informé Idriss Deby, a répondu que le gouvernement tchadien accepte la proposition de M. Timane Erdimi, de demander au gouvernement américain de jouer un rôle de médiateur entre eux. Daoussa Deby demande à M. Minawi de venir immédiatement à Ndjaména pour des discussions.
Tenant compte de l’imminence de son voyage à Washington programmé dans la première semaine de Mars ( du 1 au 8), Minawi fit savoir qu’il ne pouvait être disponible que la seconde semaine de Mars, il pourrait ainsi revenir à Khartoum en passant par Ndjaména. M POLOFF affirma qu’il fera passer l’information concernant les échanges entre Minawi et Erdimi  et que donc, M. Minawi en tant qu’interlocuteur soudanais, pourrait  jouer un rôle de médiateur entre le gouvernement Deby et  M. Erdimi »
RENCONTRE LES 15 ET 17 MARS 2008 ENTRE M. POLOFF DE L’AMBASSADE AMERICAINE ET M. TIMANE ERDIMI.
Câble de l’Ambassade Américaine.
Date:2008 March 17, 06:15 (Monday) ;   Canonical ID:08KHARTOUM397_a
Original Classification: CONFIDENTIAL / Current Classification : CONFIDENTIAL
KHARTOUM 00000397  001.2 OF 004.
Classified By: CDA Alberto M. Fernandez
Au cours de ces entretiens, Timane Erdimi va exposer ce qu’il souhaite en demandant des négociations avec Idriss Deby, et il va expliquer ce qu’il mijotait lors de l’offensive sur N’Djamena. Ainsi, il déroula son plan, sa stratégie pour conquérir le pouvoir et parlera également de ses relations avec les autres leaders de la rébellion.
Le responsable américain l’écoutera puis fera le point avec le médiateur M. Minawi, et discutera avec d’autres officiers du RFC et fera son commentaire sur les ambitions de M. Timane Erdimi.
Au sujet des relations avec les autres leaders de la rébellion: 
Timane Erdimi dira: « Mahamat Nouri et Ahmat Soubiane sont incapables de mettre en place et d’exécuter une stratégie pour gouverner le pays. Je résiste aux Soudanais et refuse d’unir mes forces militaires à celles de Mahamat Nouri, Abdelwahid Aboud et Ahmat Soubiane, bien que je partage leur désir de déloger Idriss Deby de son fauteuil de Président. L’Alliance Nationale a plus de 3000 combattants et il dira sur un ton très confidentiel que les forces de l’Alliance Nationale peuvent en finir avec le régime d’Idriss Deby et cela même sans l’aide des forces du RFC qui sont beaucoup moins fortes.
En plus, précisera-t-il, Idriss Deby n’a plus d’armée et je peux vous assurer que, dés que les forces de l’Alliance Nationale vont à nouveau avancer, elles vont s’accroître quotidiennement de beaucoup de volontaires.
Timane Erdimi poursuit en disant : « Pour refuser de m’allier avec les autres forces de la rébellion, j’ai expliqué aux responsables du National Congress Party mais aussi au Directeur Général des services de renseignements soudanais, M Salah GOSH , qu’une telle union supposerait que nous ayons un programme politique commun. Je peux vous dire que Nouri et Soubiane se focalisent sur les moyens de la chute de Deby et n’ont pas de programme pour le pays. Leur unique but est de prendre le pouvoir et sont incapables de penser une stratégie pour gouverner le pays. C’est vrai que les Soudanais ne sont pas contents que je fasse cavalier seul. »
Au sujet des plans militaires de Timane Erdimi  lors de l’offensive sur la Capitale  pour prendre le pouvoir : 
Le 15 Mars 2008, Timane Erdimi déclare à Poloff de l’Ambassade Américaine: « Ma stratégie était de ne pas unir mes forces à celles des autres, il en a été  de même au moment de combattre. Mon plan ; c’est de m’installer dans la Capitale et d’occuper le plus de zones possibles pour fortifier ma position politique. Puis, je vais négocier un gouvernement de transition pour sécuriser l’accord politique autour de deux objectifs principaux :

  1. Un très haut poste pour moi et mon mouvement dans le nouveau régime
  2. Je garderai le contrôle de mes forces militaires. Pour l’exécution de mon plan, j’attendais que l’Alliance Nationale s’organise elle-même et quand ils vont avancer, je lancerai moi-même l’offensive. »

Au sujet de son programme de gouvernement, une fois au pouvoir: 
Timane Erdimi précise : « Idriss Deby a un gouvernement corrompu et inefficace. C’est un régime de discrimination. Idriss Deby ne sait pas comment gouverner un pays. ll s’amuse, il règne, il ne gouverne pas. Il n’y a pas d’institutions en dehors de lui.. Idriss Deby a amené des parents Zaghawa du Soudan pour les mettre dans des postes gouvernementaux importants. Le plus gros problème auquel est confronté le Tchad est l’interaction entre les politiques et les militaires. Nouri et Soubiane ainsi que les nombreux experts des Nations Unies, de la Banque Mondiale, du FMI etc, n’ont jamais compris cette donne. C’est ce qui explique pourquoi la modernisation de l’Etat a toujours échoué. Bien au contraire, je promets de mettre en place « des institutions de Droit » qui vont réguler le pouvoir militaire et diminuer les tensions tribales. Tant que ces institutions ne seront pas en place, des élections sont impossibles. Nouri et Soubiane disent qu’ils vont redonner le pouvoir au peuple. Quel peuple? Où est- il ce peuple? Le Tchad est comme le Darfour, il faut un État fort et un État de droit. »
Au sujet des négociations qu’il souhaite avec Idriss Deby: 
Timane Erdimi expose: « Je suis pour des négociations, Idriss Deby, lui est contre le Dialogue Politique. Ma demande inclut le poste de Premier Ministre et c’est ainsi que je pourrai mettre en place une administration efficace et je veux garder le contrôle de mes forces militaires, ce qui constitue pour moi une garantie que DEBY respectera l’Accord. Idriss DEBY peut rester à la tête de l’Etat mais le pays marchera. Je refuse que l’Accord avec Deby repose sur des garanties internationales. Idriss Deby violera cet accord et  fera face aux protestations internationales sans problème. Aussi, j’estime que notre garantie, ce sont nos propres forces qui resteront sous notre contrôle. Je veux aussi une compensation. »
RÉUNION DES RESPONSABLES AMÉRICAINS POLOFF ET FERNANDEZ AVEC MINAWI:
Faisant suite à ses échanges au sujet des négociations entre Timane Erdimi et Idriss Deby, le Président du MLS Minni Minawi, a décrit ses efforts pour arriver à un accord entre les deux parties.
Il a rejeté les déclarations de M. Timane Erdimi sur un refus de dialogue d’Idriss Deby. En précisant que toutes les demandes de M. Timane Erdimi ont été transmises par écrit à une délégation envoyée par Idriss Deby et dirigée par M Adoum Togoi, un proche de Deby. Au plus tard, le 15 mars 2008, elles devaient être présentées à Idriss Deby.
Toujours  est-il que M. Minawi a  dit  à  Timane Erdimi que sa demande du poste de Premier Ministre, du versement d’une compensation et de l’exigence du contrôle de ses forces militaires, sont des demandes irréalistes. Car précise  Minawi, pour maintenir un équilibre politique, le poste de Premier Ministre revient à un Tchadien du Sud du pays. Minawi a ajouté que de nombreux officiers du RFC sont beaucoup plus flexibles que M. Erdimi qui, selon eux « souhaite changer la mentalité de Deby plutôt que de changer son gouvernement! » Un des responsables du RFC, M. Mohammed HANO a expliqué à M. Minawi que Timane Erdimi a « un problème personnel avec Idriss Deby ». Que nous, au RFC, dans notre majorité, nous faisons tout pour éviter un combat prolongé entre Zaghawas. Minawi a continué à passer des messages entre Erdimi et Deby .
Commentaires des Responsables Américains, à l’attention de leur supérieur, sur l’ensemble de ces discussions.
Nous constatons que le scénario, pour un Tchad, après la chute d’Idriss Deby, est plus détaillé chez Timane Erdimi que chez les autres leaders. Timane Erdimi est plus attiré par la mise en place d’un État fort centralisé et ce contrairement aux autres leaders qui soulignent l’importance de la démocratie, de la transparence et des élections.
Nous constatons qu’il a rejeté une alliance avec les autres chefs de la rébellion, des Tchadiens comme lui, mais exprime sa solidarité avec le leader du MLS, M. Minawi, un zaghawa soudanais.  Même s’il a dit qu’il n’était pas soumis aux Soudanais, « malgré leurs aides qui ont profité à tous ceux qui ont pris le pouvoir au Tchad par les armes, » comme il le dit, néanmoins, le régime  de Timane Erdimi sera sous la coupe du Soudan par ses liens avec le MLS.
Concernant la stratégie de Timane Erdimi consistant à occuper le plus de zones possibles dans la Capitale pour ensuite négocier, ce plan est synonyme d’anarchie et de conflits prolongés. Il nous est clairement apparu que Timane Erdimi a exprimé de la sympathie pour les objectifs du MLS qui lutte pour mettre fin à la marginalisation du Darfour. Ces populations subissent les milices arabes au Darfour qui, selon lui, seraient responsables de « la plus grande catastrophe humanitaire du siècle ». S’il arrive au pouvoir, son régime sera favorable à ces populations et les aidera en les déplaçant sur la frontière avec le Tchad.
Commentaire de ZoomTchad:
 L’échec de l’offensive armée des forces de la rébellion qui s’est déroulée du 2 au 4 fevrier 2008  s’explique mieux aujourd’hui. Cet échec est l’histoire d’une trahison puisque bien avant l’offensive, deux mois avant, Timane Erdimi faisait bande à part  et préparait un plan à part et dés l’échec de l’offensive, à peine les morts enterrés,  il avait déjà tendu la main à Deby.
Dans l’histoire des trahisons en politique, s’il fallait dresser une typologie, on aurait plusieurs graduations : la trahison entre le fils spirituel et le père, on parlera alors de parricide puis on peut citer, celle des amis de trente ans ; en effet, la candidature de Balladur face à son ami de trente ans, Chirac est encore considérée comme l’une des plus grandes trahisons de l’histoire politique française. Par rapport à l’histoire politique tchadienne, la plus grande trahison a été celle d’Idriss Deby retourné par les Services Secrets français pour renverser son Chef, le Président Hissein Habré. Puis aujourd’hui, incontestablement, Timane Erdimi emboîte le pas et grimpe aux côtés de Deby sur le podium de la trahison politique.
Cette trahison désormais historique s’inscrit dans le registre de la compétition et de l’ambition qui dévorent un homme. Et, il est évident que plus, on se rapproche du sommet du pouvoir désormais à portée de mains, plus les traîtrises sont là. Les combattants qui se sont engagés dans les différentes forces de la rébellion et qui ont sacrifié leur vie pour mettre fin à un régime de discrimination, de violences et d’injustices, méritaient-ils une telle trahison ?
Mahamat Nouri, Ahmat Soubiane, et Abdoulwahid Aboud Makaye pouvaient-ils prévenir la trahison de Timane Erdimi, pouvaient-ils débusquer le faux ami, pouvaient-ils pointer le jaloux compatriote, le traître avant qu’il inocule son venin? C’est une opération bien complexe qui a coûté la vie à de centaines de jeunes mais qui a aussi donné l’occasion aux forces d’Idriss Deby de se déchaîner sur les populations par des assassinats, des viols sur des catégories ciblées comme appartenant aux groupes ethniques proches de la rébellion. Ces innombrables crimes ont été dénoncés par la Commission d’Enquête de la Francophonie et mis ensuite sous le coude sur intervention de Sarkozy au nom des services rendus par Idriss Deby dans l’affaire Arche de Zoé. Finalement, c’est cette trahison qui a  donné la victoire à Deby. On peut souligner que, une fois, les différentes forces de la rébellion dans la Capitale tchadienne, M Timane Erdimi a vu sa  position militaire être faible par rapport aux autres forces de la rébellion, dés lors son plan a foiré, ce qui explique sa retraite hors de la ville semant le désordre et la confusion au sein des forces rebelles. Pour lui ; ne pouvant prendre le dessus sur ses frères d’armes, il provoqua leur défaite, assurant ainsi la victoire à Idriss Deby et cela sur des considérations purement ethniques.
Voilà ce qui peut être difficilement compréhensible pour certains tchadiens, pour aussi les partenaires au développement, pour les experts des Nations Unies, du FMI et de la Banque Mondiale. Le virus ethnique qui gangrène le cerveau de certains hommes politiques tchadiens parmi lesquels  M Timane Erdimi .
Récemment des informations parues sur le net, faisaient croire que les éléments de Timane Erdimi  à partir de la frontière soudanaise auraient tenté de mener une opération sur Amdjaress pour enlever Idriss Deby.  Aujourd’hui, il apparaît que cette histoire déjà cousue de fil blanc est une pure affabulation et une énième manipulation.
Tout au long de ses conversations avec les responsables américains, Timane Erdimi dévoile ses idées, mais aussi sa personnalité, son ambition et sa détermination à tout faire pour conquérir le pouvoir.  Autant Idriss Deby est prêt à tout pour conserver le pouvoir, autant lui même était prêt, à tout sacrifier, pour conquérir le pouvoir.
On est quelque peu surpris de certaines prétentions : comme vouloir être Premier Ministre, vouloir garder ses forces militaires sous son contrôle ! Le responsable américain a mis le doigt sur son ethnicisme primaire. Il était plus solidaire avec le leader soudanais Minawi d’ethnie Zaghawa comme lui, qu’avec ses propres frères d’armes tchadiens. Aucune différence avec Idriss Deby.
Pour les observateurs de la scène politique que nous sommes, pour les acteurs politiques, Timane Erdimi est un homme politique qui voit sa carrière compromise gravement par cette trahison. Il ne pourra pas se relever d’une telle trahison. Qui lui fera désormais confiance ?
La Rédaction de ZoomTchad.

Enregistrer

"EXCLUSIF – TCHAD : WIKILEAKS RÉVÈLE L’INCROYABLE TRAHISON DE TIMANE ERDIMI. EN FÉVRIER 2008, IL A DEMANDÉ A NÉGOCIER AVEC IDRISS DEBY SANS CONDITIONS PRÉALABLES. IL VOULAIT LE POSTE DE PREMIER MINISTRE ET DE L’ARGENT.", 5 out of 5 based on 1 ratings.

Web Analytics